Oct 26 2012

Les données, pétrole de l’Amérique et de l’Asie ?

Les services du Web 2.0 ne cessent de se développer. Les moteurs de recherche et les encyclopédies participatives ont complètement modifié notre accès au savoir. Les réseaux sociaux et les blogs ont révolutionné nos interactions avec le monde. Tous les jours de nouveaux systèmes voient le jour. Coursera par exemple offre les meilleurs cours en ligne. Ce système révolutionnera la manière d’enseigner et à terme notre système éducatif.

Tous ces services sont gratuits. Leur modèle économique repose sur la valeur marchande des données que leurs utilisateurs fournissent, bien souvent sans le soupçonner. Des inquiétudes se font jour sur le respect des personnes, de leur vie privée. Pour l’essentiel aujourd’hui ces données servent surtout à profiler les utilisateurs pour cibler efficacement la publicité. Demain, la valeur ajoutée proviendra d’un spectre d’applications bien plus étendu et subtil. Quand par exemple le manque de scientifiques deviendra aigu dans les pays industrialisés, Coursera sera en mesure de satisfaire les demandes des chasseurs de têtes au niveau planétaire.

Les données sociales sont une ressource, comparable aux matières premières pour l’industrie traditionnelle, qui deviendra à terme plus importante que le pétrole pour nos économies. Capturer les données sociales est donc un enjeu stratégique pour la société, pour l’économie comme pour la sécurité. Les Etats-Unis dominent plus des deux tiers des plus grandes sociétés de la toile. L’Asie, et tout particulièrement la Chine, est très active, mais l’Europe est encore très faible. Réussir dans la société de l’information est pourtant un des enjeux majeurs du développement économique de notre continent.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.